vendredi 21 octobre 2016

LA FÉMINISTE OLYMPE DE GOUGES, PREMIÈRE FEMME STATUFIÉE À L'ASSEMBLÉE NATIONALE

Révolution au Palais-Bourbon: le buste d'Olympe de Gouges, féministe guillotinée sous la Terreur et recalée il y a deux ans pour le Panthéon, trône depuis mercredi à l'Assemblée nationale, première statue d’un personnage historique féminin au milieu des figures d'hommes et allégories.
Regard net, sourire un tantinet ironique, visage tourné vers un buste de Jean Jaurès, l' effigie sculptée d'Olympe de Gouges en marbre blanc, attendue depuis près d'un an, a été installée en grande pompe salle des Quatre-Colonnes, où se croisent politiques et journalistes, à quelques mètres de l'hémicycle.
La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, où elle considère que "l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la femme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements", figure sur le piédestal du buste réalisé par Jeanne Spehar et Fabrice Gloux.
Si "la femme a le droit de monter sur l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune", proclamait dans une formule restée célèbre la révolutionnaire, à la tête coupée en novembre 1793 pour avoir défié Robespierre et dénoncé l'arrestation des députés girondins.
"Entre ici Olympe de Gouges", a lancé la socialiste Catherine Coutelle, présidente de la délégation de l'Assemblée aux droits des femmes, dans un clin d'œil à la formule d'André Malraux pour l'entrée de Jean Moulin au Panthéon.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire