jeudi 1 septembre 2016

Quand les maires ignorent l’état de droit avec la complicité du ministre de l’intérieur.

Communiqué LDH
Plusieurs maires ont décidé de maintenir les arrêtés destinés à interdire l’accès à la plage et la baignade à des femmes vêtues d’un « burkini », et ce malgré l’arrêt de principe rendu par le Conseil d’Etat et la demande que la LDH leur a faite de respecter cette décision de justice. Interpellé publiquement, le ministre de l’Intérieur a refusé d’agir à l’encontre de ces maires, préférant se défausser sur les associations. C’est pourquoi la LDH a décidé de poursuivre ses actions pour obtenir la suspension et l’annulation de ces arrêtés.
Pour lire la suite de ce communiqué, cliquez sur la photo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire