jeudi 4 août 2016

Des athlètes réfugiés à Rio pour les Jeux Olympiques 2016, un événement historique

Cinq coureurs sud-soudanais de demi-fond, vivant au camp de réfugiés de Kakuma au Kenya, font partie de la toute première équipe olympique d’athlètes réfugiés.
 Au milieu de larmes de joie, d’étreintes d’adieu et de chansons d’encouragement, un groupe de jeunes athlètes réfugiés africains se préparait aujourd’hui à décoller depuis Nairobi vers Rio au Brésil pour les Jeux Olympiques 2016 - et également un rendez-vous avec l’histoire.

Cinq coureurs sud-soudanais de demi-fond, vivant au camp de réfugiés de Kakuma dans une région inhospitalière au nord du Kenya, ont reçu un adieu retentissant de la part de leurs amis, camarades réfugiés et supporters kenyans.
Les cinq autres athlètes réfugiés qui se joindront à eux sont originaires de la Syrie,
de la République démocratique du Congo et de l'Éthiopie. Ensemble, ils ont rendez-vous avec l'histoire car ce sera la toute première équipe olympique d’athlètes réfugiés.

« Je suis très impatiente. C’est la première fois que des réfugiés ont la chance de pouvoir participer aux Jeux Olympiques. Cela nous fait espérer et nous encourage pour les jeunes générations de réfugiés qui se trouvent dans les camps et qui doivent continuer à cultiver leurs talents », a expliqué Rose Nathike Lokonyen, 23 ans, au HCR lors d’une interview avant leur départ
.Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire