vendredi 8 juillet 2016

Résister aux sociétés multinationales par Michel Rocard

Un  message de Michel Rocard, malheureusement de plus en plus d'actualité.
Jusqu’à une date très récente, la nation constituait une communauté réelle, aussi bien sur le plan affectif, psychologique que linguistique, économique, monétaire ou militaire. C’est à l’intérieur de chaque nation que se réglaient les affrontements entre ouvriers et patrons et les conflits d’intérêt entre différentes couches de la bourgeoisie. Malgré les dissensions internes, la nation formait un tout ayant un certain nombre de choses à défendre en commun contre les autres nations.
Le plus souvent, la propagande officielle créait de toutes pièces les sentiments patriotiques afin de mobiliser les énergies du pays pour la défense des intérêts les plus sordides : le chef-d’œuvre en la matière a sans doute été la guerre de 1914-1918, où l’on a exploité de la façon la plus éhontée la crédulité du public et les réflexes les plus malsains pour donner à un affrontement entre industriels français et industriels allemands les apparences d’une guerre sainte. Il n’en reste pas moins que l’idée de communauté nationale avait au moins quelques bases réelles ; il est certain que la dévaluation monétaire par exemple touchait le niveau de vie des couches populaires comme elle concernait les intérêts du patronat.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire