mardi 19 juillet 2016

Fatalisme dirigé, ou penser l’après-Nice

Une réflexion sur la tragédie  de Nice venue du Liban qui a connu beaucoup d’attentats
Nice est le dernier avatar de cet archétype mondial que le XXIe siècle décline. Car l'archétype islamo-fasciste de 2011, qui se poursuit à Nice et n'y se termine évidemment pas, se retrouve en miroir dans la réaction des gouvernements, c'est-à-dire la réponse aux relents fascistes provoqués par les avatars de Ben Laden.
En dernière instance, la question est celle du style de vie. Allons nous fermer nos pays ou continuer à les garder, dans l'expression célèbre de Karl Popper, une « sociétés ouverte » ? La longue et douloureuse expérience libanaise nous permet de poser quelques jalons sur la protection d'un style de vie qui protège sa nature ouverte.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire