mercredi 20 avril 2016

Amnesty International pour ses violences policières

Amnesty International s'alarme dans son rapport annuel des allégations de violences policières et d'usage excessif de la force en France.
L'organisation de défense des droits de l'homme critique aussi la supposée légèreté des enquêtes  sur les faits impliquant les policiers. "Les procédures disciplinaires et les enquêtes judiciaires sur de tels incidents continuent d'être loin des standards internationaux", lit-on dans le document.
Au rayon des soupçons de bavures policières, Amnesty s'intéresse à trois cas qui montrent que les enquêtes sur ces faits sont loin d'être satisfaisantes. L'ONG s'intéresse notamment à la mort d'Abou Bakari Tandia, un Malien sans papiers mort en garde à vue en janvier 2005 à Courbevoie, à celle d'Abdelhakim Ajimi à Grasse en 2008, après son arrestation par la police et à celle d'Ali Ziri, un Algérien de 69 ans de passage en France, mort à Argenteuil en juin 2009 après son arrestation par la police (voir situation pays par pays).
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire