samedi 26 mars 2016

Le chroniqueur est démuni, le billet de François Morel

Le chroniqueur aimerait une page blanche, une minute de silence pour s'y réfugier. La poésie comme celle de Raymond Devos qui dit notre désir sans limite de consolation pourrait être un lieu de repli... Il est accompagné d'Antoine Sahler au piano...

Pour écouter ce billet, cliquez sur la photo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire