dimanche 13 mars 2016

La Contrôleure générale des prisons dénonce les conséquences néfastes de la surpopulation

La Contrôleure générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, s’impatiente de voir son institution si peu entendue.
 « Il n’est pas admissible que, dans tous les domaines qu’il contrôle, le CGLPL [contrôleur général des lieux de privation de liberté] soit contraint de faire les mêmes constats, de dénoncer les mêmes manquements et de formuler les mêmes recommandations », affirme-t-elle, alors qu’elle présentait mercredi 9 mars son second rapport annuel depuis sa nomination en juillet 2014.
Les conséquences délétères de la surpopulation carcérale sont ainsi identifiées et dénoncées depuis longtemps.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire