samedi 5 mars 2016

Devoir de vigilance des multinationales : « Il n’est plus tolérable d’attendre »

Le 30 mars 2015, l’Assemblée nationale votait en première lecture un texte d’une avancée historique pour la protection des droits humains et environnementaux : la proposition de loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d’ordre.
Elle exige des grandes entreprises qu’elles se conduisent de manière responsable, ce qu’elles prétendent déjà faire . Le dispositif réclame d’elles de mettre  en œuvre un plan de vigilance pour l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement, c’est-à-dire incluant leurs filiales et sous-traitants en France et dans le monde.

Près d’un an après ce vote exemplaire, ce texte est toujours bloqué.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le graphique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire