vendredi 24 avril 2015

Chine : naître et ne pas être

En Chine, on les appelle les “heihaizi”, littéralement les “enfants noirs”, cachés. Il leur est interdit d’aller à l’école, de postuler à un emploi, d’ouvrir un compte en banque, et même de monter à bord d’un train.
Leur “crime”: être né en deuxième au pays de la politique de l’enfant unique. Trente-cinq ans après la mise en place du contrôle des naissances, la politique s’assouplit, il existe de plus en plus d’exceptions, mais la Chine ne pardonne pas aux enfants nés “en trop”. Ils seraient 13 millions. Le sujet est tabou.

Quelle vie attend ces enfants qui n’avaient pas le droit de naître? Quels recours ont-ils? Pourquoi sont-ils mis au ban de la société alors que la donne démographique a changé en Chine ? 

Après un long travail d’enquête, des “heihaizi” ont accepté de nous parler. Ils vivent dans l’anonymat à Pékin, Shenzhen ou dans des villages reculés où le planning familial exerce toujours un contrôle étroit pour empêcher les naissances illégales et faire du chantage aux familles coupables d’être “trop” nombreuses".
Cliquez sur la photo pour plus d'infos.