mercredi 18 mars 2015

La Semaine et la discrimination raciste à l'Ecole

Un article du Café Pédagogique.
Cette année encore l'Ecole va mollement célébrer, du 16 au 21 mars, la Semaine d'éducation contre le racisme et l'antisémitisme. A la suite des instructions officielles, il y aura différents prix, des projets pédagogiques, des expositions ici ou là. Pourtant l'Ecole n'échappe pas à la discrimination raciale même si le mot  fait peur. Mais elle préfère ne pas le voir.

Levons d'emblée un doute. Les acteurs du système éducatif, à commencer par les enseignants, sont certainement parmi les moins susceptibles d'être imprégnés d'idées racistes. Cette idéologie est exactement l'antithèse des bases du métier d'enseignant. Certes l'extrême droite a réussi à constituer un petit groupe de sympathisants enseignants. Mais ce n'est certainement pas en affichant le racisme.
Pourtant le système éducatif est parfaitement discriminatoire. C'est ce que nous dit Pisa 2012. En France les résultats scolaires sont liés plus qu'ailleurs à l'origine ethnique indépendamment de la situation sociale. A situation sociale comparable, selon l'OCDE, on observe un fort écart entre les résultats d'un autochtone et d'un allochtone. Et cela même pour la seconde génération.  Des études, comme les travaux de G Felouzis confirment le phénomène. " La ségrégation scolaire se construit en grande partie sur des  critères ethniques car le choix de l'établissement et l'évitement  de certains collèges se fait à partir des caractéristiques externes  et visibles du public des établissements", nous disait-il en 2014. "Et dans ce cas, le  critère ethnique devient très fort... La ségrégation  en fonction de l'origine ethnique des élèves est bien plus marquée qu'en fonction de leur origine sociale ou économique. Et cette mise à l’écart est un facteur déterminant de leur piètre acquis scolaire relativement aux natifs".
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le dessin