jeudi 12 mars 2015

A lire : Pascal Picq, « Le Retour de Madame Neandertal », éditions Odile Jacob

Un livre conseillé par Suzanne.
A travers la fiction d’une femme de Neandertal ressuscitée de nos jours par les miracles de la génétique, Pascal Picq relève les travers de l’Homo Sapiens engagé dans une Histoire dévastatrice. Après avoir éliminé les autres espèces humaines, dont la plus importante était l’homme de Neandertal, il continue au fil des siècles, et à une rapidité exponentielle au cours du dernier siècle, à détruire les espèces animales et à détruire son environnement. A force de vouloir dominer la planète, il la désertifie et la stérilise, la rendant bientôt inhabitable.

Tout en retraçant les grandes lignes de l’évolution humaine, déterminée par la double sélection naturelle et sexuelle, au cours des migrations et des métissages des Néandertaliens, des Sapiens et des autres espèces humaines, il nous montre combien sont absurdes et dangereuses les idéologies basées sur la supériorité supposée d’une « race » sur une autre. Son livre s’achève sur un vibrant réquisitoire contre le racisme, dont voici un passage :

« Chaque fois qu’une caste se revendique supérieure aux autres, elle édifie un discours arguant de sa supériorité et de sa pureté raciales, d’une migration depuis un berceau, un pays fantasmé, ou un paradis perdu et d’une mission d’émancipation et civilisatrice ; tout cela placé sous la bénédiction de divinités supérieures-le plus souvent un Dieu unique- et créatrices. Les Aryens qui s’implantent en Europe et seraient à l’origine des classes aristocratiques, le « fardeau de l’homme blanc » selon Rudyard Kipling pour justifier le colonialisme, les conquistadors et la domination des Amérindiens, les Tutsis contre les Hutus, les conflits récents en Europe centrale et orientale marqués, chaque fois, par des génocides…C’est en fait toujours la même rengaine, comme avec les Homo Sapiens assurant l’ultime étape de l’évolution humaine.(…)Les mythes récents se fossilisent mieux que les crânes anciens. »