mercredi 18 février 2015

Le nom de Bigeard pour un square cannois : pourquoi ce serait une infamie !

Cannes le 11 février 2015
De son vivant, le général Bigeard a toujours justifié la pratique de la torture en Indochine et en Algérie
Il a bénéficié de l’admiration des forces politiques les plus réactionnaires et de leur soutien actif, et voici qu’à Cannes, aujourd’hui, est envisagée l’idée de donner son nom à un square 
Cette perspective est doublement condamnable.
Tout d’abord, c’est oublier, que la France a signé la Convention internationale contre la torture le 14 février 1986, convention ratifiée le 26 juin 1987.
C’est oublier que la République est, de ce fait, comptable dans toutes ses institutions et à fortiori par ses célébrations, de dénoncer cette abjection partout où cela s’avère nécessaire.
Cette initiative serait de fait, une insulte aux citoyens cannois dont certains, portent encore dans leur chair les plaies du passé.
Elle serait en outre la reconnaissance de notre incapacité de rassembler tous nos compatriotes sur les valeurs républicaines !
Pourquoi vouloir honorer la mémoire d’un officier coupable des pratiques les plus détestables de l’armée française ?
Nous demandons à la municipalité de renoncer à cette initiative historiquement infondée, politiquement dangereuse et humainement scandaleuse.
Suzanne HUGON
Présidente de la section LDH Cannes-Grasse