mardi 24 février 2015

L’artiste marocain Mounir Fatmi censuré à la Villa Tamaris

Il règne un parfum d’autocensure dans les centres d’art en France. Après le retrait en janvier d’une installation de la Marocaine Zoulikha Bouabdellah du Pavillon Vendôme à Clichy-La-Garenne (Hauts-de-Seine), c’est au tour de la Villa Tamaris, à la Seyne-sur-Mer (Var), de faire machine arrière devant une œuvre de Mounir Fatmi.
En novembre 2014, ce centre d’art avait contacté l’artiste marocain pour présenter sa vidéo Sleep Al Naim dans l’exposition « C’est la nuit ! », programmée en juin prochain. Inspirée de Sleep, un film de l’artiste américain Andy Warhol, cette œuvre représente un dormeur modélisé d’après les traits de l’écrivain Salman Rushdie. Mounir Fatmi a beau convoquer l’auteur des Versets sataniques, la vidéo n’a rien de provoquant. Elle est même actuellement exposée au Musée d’art moderne et contemporain (Mamco) de Genève sans susciter le moindre remous.


Pour plus d'infos, cliquez sur la Villa Tamaris