vendredi 2 janvier 2015

Conte de Noël : « Touche pas à ma crèche ».

Conte de Noël  de Suzanne « Touche pas à ma crèche ».
  
   En faisant mes courses hier matin, je tombe en arrêt devant une affiche du Front national :
                            « Touche pas à ma crèche » !
    Je suis stupéfaite ! Serait-il désormais interdit de « faire la crèche » ?
   Pendant toute mon enfance, malgré l’athéisme militant de mes parents confinant à l’anticléricalisme genre « hussards de la République », je l’ai vue trôner dans le salon, amoureusement renouvelée chaque année. Et j’y tiens, à cette crèche, et je la fais encore tous les Noëls pour le plaisir de mes petits-enfants…
    Finalement il était seulement question de contester l’installation d’une crèche à l’intérieur des mairies, comme y oblige la neutralité confessionnelle des services publics exigée par la loi de 1905. Rappelons que les fonctionnaires nationaux et territoriaux ont un devoir de réserve à ce sujet, et je suis étonnée qu’un parti qui se réclame de la laïcité lorsqu’il s’agit de refuser la construction d’une mosquée parte en guerre maintenant pour installer des crèches ! Il faut reconnaître que les mêmes n’hésitent pas à descendre dans la rue pour défendre  les «valeurs chrétiennes » à l’occasion du mariage pour tous ou du droit à l’avortement. Il ne faut donc pas chercher une cohérence à tout cela ; ou alors… ?
   Ceci dit, il ya espaces publics et espaces publics : les espaces publics « pour tous » où les signes religieux ostentatoires sont prohibés, comme les mairies, les écoles, d’où le crucifix comme le voile ont été bannis; et les espaces publics «  à tous » si j’ose cette distinction, où peuvent s’exprimer librement toutes  les opinions pourvu qu’il n’y ait pas atteinte à « l’ordre public ».
   Ainsi je ne suis nullement choquée de voir des crèches au fort Napoléon au titre de la tradition provençale, pas plus que dans les magasins ou dans des salles des fêtes. Ces concours de crèches sont éminemment sympathiques, de même que les fameuses apparitions du Père Noël, qui n’a jamais été un symbole religieux et continue, année après année, de faire la publicité de Coca-Cola ! Du reste chacun sait qu’il s’agit seulement de booster la consommation, dont la débauche en cette période devient écoeurante, y compris pour ceux pour lesquels Noël reste un moment fort de leur pratique religieuse.
   On ne va pas non plus expurger les musées des tableaux représentant la Nativité !
   Mais il reste encore à faire pour respecter une laïcité « ouverte ». Pourquoi les jours fériés correspondraient-ils presque exclusivement aux fêtes catholiques ? Pourquoi est-il si difficile  encore aujourd’hui, de construire une mosquée à Marseille ou à Fréjus, alors que les églises, pour la plupart biens nationaux depuis la Révolution, sont gracieusement ou presque cédées et entretenues à frais publics (ce qui n’est pas le cas des temples protestants ni des synagogues) ?

    Faudra-t-il longtemps encore se cacher pour pratiquer certains cultes en France, malgré la loi qui permet et protège expressément toutes les religions sans discrimination ? Rendons justice aux chrétiens sincères, comme aux juifs et aux musulmans « modérés » : les uns comme les autres aspirent à vivre tous ensemble en bonne entente, au-delà de ces polémiques partisanes… dont on connaît bien les enjeux politiques.