lundi 22 décembre 2014

La police tunisienne utilise encore les fichiers de Ben Ali.

Scandaleuse expulsion par la police tunisienne du militant  YOUSSEF BOUSSOUMAH
 Bruxelles, 22 Décembre, 2014
Le Réseau Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme (REMDH) condamne fermement les pratiques des autorités tunisiennes qui continuent à empêcher les militants démocratiques et des droits de l’Homme d’accéder en Tunisie sur la base de  fiches de renseignements ou jugements issus pendant les années de la dictature.
Le 20 décembre 2014, Youssef Boussoumah, militant historique de la cause palestinienne connu pour son soutien aux démocrates tunisiens dans leur combat contre la dictature, a été arrêté par la police des frontières et est resté environ 24h en zone de transit avant d’être expulsé vers Paris. Ceci malgré la forte mobilisation de plusieurs avocats et militants des droits humains et les démarches entreprises auprès des autorités compétentes.
‘Mon refoulement est motivé par une fiche de police me concernant, mise en place en 1987 selon ce que m'ont dit les policiers à Tunis hier. Il y a trente ans !’ affirme Youssef Boussoumah.
Mohieddine Cherbib, militant de l’immigration tunisienne et président du Comité pour le Respect des Libertés et Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT) continue lui aussi à subir régulièrement les mêmes intimidations despuis le 14 Février 2011 à chaque entréé ou sortie de son propre pays, les dernieres tracasseries remontent aux 10 et 16 décembre dernier. Mohieddine Cherbib figure sur ces ‘fichiers’ de personnes interdites de rentrer en Tunisie depuis qu’il a été condamné pour ‘délit’ de solidarité avec les habitants du bassin minier lors de leur soulèvement en 2008.

Le REMDH appelle ainsi les autorités tunisiennes à mettre fin à ces pratiques de harcèlement et d’intimidation que subissent les activistes et militants qui ont toujours été aux côtés du Peuple tunisien dans ses aspirations et ses combats pour la Liberté, l’Egalité et la Dignité, et les appelle à retirer immédiatement et définitivement les militants des droits de l’Homme des fiches des personnes interdites d’entrée et de sortie de la Tunisie.