dimanche 11 mai 2014

Mourir pour la patrie, de l'école aux tranchées, sur France 5, dimanche 11 mai , 22 h 25

Ce documentaire de Jérome Lambert et Philippe Picard nous montre comment l'école publique , dès sa création, a préparé les jeunes Français à devenir de bons citoyens et de futurs soldats en cultivant l'amour de la patrie. Une propagande et un endoctrinement  qui sont toujours d'actualité.
Après la défaite de 1871 contre l’armée prussienne, l’école publique s’est attelée à forger le patriotisme des nouvelles générations de Français. Façonnés par le sens du devoir, ces futurs soldats seront prêts à tous les sacrifices lorsqu’en 1914 sonnera l’heure de la revanche. 
« Je ne pourrais pas vivre sous le joug de l’ennemi et c’est pourquoi je suis soldat. Ce sentiment de l’honneur, c’est à l’école publique que je l’ai appris », écrit Jean Corentin Carré dans une lettre adressée à son instituteur. En 1915, lorsqu’il s’est engagé en mentant sur son âge, Jean Corentin avait 15 ans. « On le présente comme un modèle aux enfants », rappelle l’historien Jean-Yves Le Naour. « La défaite de 1871 n’est pas mise sur le compte des soldats, au contraire leur courage est valorisé, précise l’historienne Laurence Turetti. On considère que c’est l’instituteur prussien qui a bien formé les soldats, les sous-officiers, les officiers prussiens et qui a montré ainsi par la connaissance et l’habileté sur le terrain sa supériorité sur les Français. »
L’illettrisme et les langues régionales (basque, corse…), qui ont entravé la compréhension des ordres, sont pointés comme des causes de la défaite. 
Pour plus d'infos, cliquez sur la photo.