mardi 13 mai 2014

Amnesty et Remdh demandent la « libération immédiate » de Kadi et Moez

" Que deux jeunes puissent être en prison pour avoir soit-disant participé à une manifestation alors même qu’ils nient cette accusation et que le droit de manifester est garanti par le droit international est une nouvelle manifestation des pratiques abusives des autorités algériennes".
Amnesty International et Réseau euro-méditerranéen des droits de l'Homme ont dénoncé ce vendredi dans un communiqué (ici)  « la détention et poursuites arbitraires »  du l’étudiant algérien, Mohand Kadi et du tunisien, Moez Benncir, accusés d’ « attroupement non armé ». Les deux jeunes comparaîtront le dimanche 11 mai devant le tribunal correctionnel de première instance de Sidi M'hamed à Alger.
Pour lire la suite de cet article paru dans le journal algérien El Watan, cliquez sur la photo.