mardi 15 avril 2014

Procès en appel des "martyrs de la révolution" : un verdict politique

Le jugement en appel de responsables de la répression de la révolte du 14 janvier a conduit à des allègements de peines et des libérations d’anciens caciques du régime de Ben Ali. 
Ce verdict, prononcé par une juridiction militaire et non civile, contrevient aux normes internationales de protection des droits humains y compris pour son mépris de la prise en compte de la chaîne pénale des responsabilités et du droit à un procès équitable.
La FIDH  appelle la justice militaire à faire une application stricte et fidèle des principes de droit international qui s’imposent à la Tunisie, notamment celui de la responsabilité du supérieur hiérarchique pour les crimes commis sous son commandement.
Pour lire la suite cet article, cliquez sur le logo