mardi 15 avril 2014

Algérie : Amnesty critique la répression de la liberté d’expression

Alors que la campagne présidentielle en Algérie s’est achevé ce dimanche, un rapport d’Amnesty international critique la répression à l’encontre de la liberté d’expression sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika.
L’heure semble maintenant au bilan pour l’Organisation non-gouvernementale (ONG) Amnesty International, alors que la campagne présidentielle algérienne s’est achevée, ce dimanche. La date de publication de ce rapport sur les violations de la liberté d’expression, ce lundi, à trois jours du scrutin, n’est certainement pas un hasard.
« L’accumulation des atteintes à la liberté d’expression à l’approche de l’élection à venir en Algérie souligne les dérangeantes lacunes du pays en matière de droits de l’Homme », commence le communiqué de l’ONG de défense des droits de l’Homme. L’entreprise du régime Bouteflika en vue de « faire taire les voix critiques et d’écraser la contestation sociale figure en tête des inquiétudes. Avec l’élection à venir, les (autorités algériennes) ont accru la répression et montré qu’elles ne toléraient la critique publique à aucun niveau. Le manque de débat ouvert et les limites posées au droit de critiquer ou de protester pour exprimer des doléances sociales ou des demandes politiques jettent le doute » sur l’organisation de l’élection.
Pour plus d'infos, cliquez sur la photo.