mercredi 19 mars 2014

"L'esprit de 45" de Ken Loach, au Royal 20 mars 2014, 20 h 30

Le Collectif varois pour un audit citoyen de la dette publique vous invite à la projection du film: « L’esprit de 45 » de Ken Loach, suivi d’un débat animé par Nicolas Sersiron, Président du C.A.D.T.M France, (Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde) 
SYNOPSIS
Cliquez sur l'affiche
En 1945, la Grande-Bretagne opère un tournant après la Seconde Guerre mondiale. Alors que le peuple s'est soudé pendant les combats, le souvenir douloureux de l'entre-deux-guerres reste dans les esprits. Un nouvel idéal social émerge progressivement. La fraternité gagne les Britanniques. Retour sur cet épisode clef de l'histoire de la Grande-Bretagne. Le réalisateur Ken Loach dévoile des séquences vidéo issues d'archives régionales et nationales britanniques, des enregistrements audio et des récits de témoins. Grâce à ces séquences, le cinéaste met en avant, sous un angle sociopolitique, cette période marquante et analyse son évolution...


LA CRITIQUE DE TELERAMA LORS DE LA SORTIE EN SALLE DE « L’ESPRIT DE 45 » LE 08/05/2013
Avec ce documentaire, Ken Loach nous invite à revivre une page de l'histoire anglaise. Après la victoire de 1945, avec l'élection d'un gouvernement travailliste, l'effort de guerre se mue en solidarité populaire.
Anciens syndicalistes, mineurs, médecins et économistes racontent cette époque, restituée aussi par les images d'archives. Fervent avocat du welfare (l'Etat social) et militant de gauche depuis toujours, le réalisateur de Riff-Raff et de La Part des anges construit son film comme une sorte d'équivalent british en images d'Indignez-vous, le célèbre pamphlet de Stephane Hessel. Plus qu'une leçon d'histoire, c'est un vivifiant manifeste politique, dont l'intention est claire et assumée : contrer l'idéologie dominante, libérale et individualiste.
Comme dit en substance l'un des intervenants : après tant de crises, le capitalisme s'écroule, mais l'idée du capitalisme ne s'est, elle, jamais si bien portée. Ce sont tous les fantasmes d'autorégulation des marchés, les ravages du chacun pour soi que dénonce le cinéaste. Il décrit l'amélioration spectaculaire du niveau de vie des Anglais dans les années 1950-1960 et le démantèlement féroce de ces acquis par Margaret Thatcher à partir des années 1980. Le hasard a fait que la sortie du film coïncide peu ou prou avec la disparition de cette dernière. Les inégalités qu'elle a contribué à creuser demeurent. Mais l'« esprit de 45 » aussi, à en croire Ken Loach. — Cécile Mury

LA CONCLUSION DE L’INTERVIEW DE KEN LOACH PAR RUE 89 LE 30 AVRIL 2013 POUR L’AVANT PREMIERE DE « L’ESPRIT DE 45 ».
J’aimerais que les gens ouvrent les yeux et réalisent que les choses évoluent de manière catastrophique, et qu’il y a un besoin de changement. Nous avons des familles qui n’arrivent pas à se nourrir à cause de la pauvreté, nous avons des banques alimentaires avec des dons pour les familles démunies, si nous ne trouvons pas ça suffisamment choquant pour réagir, alors c’est désespérant et c’est perdu.