mercredi 5 mars 2014

Les mariages mixtes étaient encore interdits aux USA il y a moins de 50 ans



(texte en relation avec le billet Homosexualité, couleur de peau, la droite chrétienne US justifie la ségrégation par le "droit à la liberté de culte")

De même que la ségrégation aujourd'hui aux US vise les LGBT après les Noirs, la question des mariages gay a succédé à celle des mariages interraciaux (quand un des deux était blanc, évidemment), interdits dans de nombreux états, en particulier du Sud des Etats-Unis, jusqu'à ce que la Cour Suprême, à l'issue d'un vote unanime, le 12 juin 1967 déclare ces lois anticonstitutionnelles, car visant une population raciale spécifique.

L'affaire Loving contre l'état de Virginie (Loving v. Virginia), à l'origine de l'abolition des lois interdisant les mariages mixtes

En 1958, au début de l'affaire Loving, les mariages interraciaux étaient interdits dans 24 états des Etats-Unis, dont la Virginie, et il y en a eu jusqu'à 38, à certaines périodes.
Quand les parents de Barack Obama se sont mariés, 22 états interdisaient les mariages entre Blancs et non-Blancs.
Et, en 1967, lors de la décision de la Cour Suprême, il en restait encore 16 à appliquer cette législation.
"Only you can make this world seem right"
(clic sur l'image)

https://www.youtube.com/watch?v=9r2pEdc1_lI&feature=kp
Richard et Mildred Loving habitaient en Virginie et étaient nés respectivement en octobre 1933 et juillet 1939 à Central Point, Caroline County, Virginie.
Lui était blanc, elle était de sang mêlé, indien et noir. Ils s'étaient connus jeunes, d'abord amis, puis amoureux, et quand elle s'est retrouvée enceinte à 18 ans, ils ont tout naturellement décidé de se marier, d'autant que, dans les années 50, avoir un enfant illégitime était frappé d'opprobre.
Mais pour eux, c'était impossible.
C'est pourtant ce qu'ils ont fait - à Washington. Mais le 11 juillet 1958 en pleine nuit, 5 semaines à peine après leur mariage, alors qu'ils étaient encore endormis, le chef de la police du comté et deux de ses adjoints faisait irruption dans leur chambre à la suite d'une dénonciation anonyme.
Ayant la preuve qu'ils s'étaient bien mariés à Washington (ce n'était pas difficile à trouver: ils avaient placardé leur acte de mariage sur la porte de leur chambre), les policiers les ont conduits en prison, où il est resté une nuit et elle plusieurs (allez savoir pourquoi).
Comme ils avaient plaidé coupable, après une transaction à l'issue du procès, leur peine de 1 an de prison était remplacée par une injonction de quitter la Virginie et de ne plus y revenir ensemble, cela pendant 25 ans.

Le juge Leon M. Bazile, qui présidait le procès avait dit, le 6 janvier 1959:
"Le Dieu tout puissant a créé des gens de races blanche, noire, jaune, malaise et rouge, puis il les a dispersés sur des continents séparés. Et s'il n'y avait eu ingérence dans cet ordre, il n'y aurait pas de raison que ces mariages existent. Le fait qu'il ait séparé les races montre qu'il ne voulait pas de mélanges de races".
Le couple, qui a dû quitter le comté dont ils étaient tous les deux originaires et où ils menaient une vie tranquille, avec leurs familles et amis à proximité, part s'installer à Washington, où il est contraint de vivre dans la précarité.
Cette situation dure cinq ans, mais un jour, les Loving sont arrêtés à nouveau en Virginie alors qu'ils étaient venus ensemble rendre visite aux parents de Mildred.
Libérés sous caution, ne pouvant plus supporter cette vie de parias, mais ne connaissant pas leurs droits en matière d'appel à la décision judiciaire, ils décident tout de même de réagir.
Et ils frappent à la bonne porte.
On est en 1963, en pleine effervescence militante, contre la guerre du Vietnam et pour l'égalité des Droits des Noirs, et au Congrès des Etats-Unis avaient lieu les débats sur la future loi sur les Droits Civiques des Noirs, adoptée l'année suivante, et Mildred écrit au ministre de la justice de l'époque, Robert F. Kennedy, pour lui parler de sa situation et lui demander si cette future loi concernerait les mariages mixtes.
Robert Kennedy lui répond en lui conseillant de s'adresser aux services de l'ACCLU (American Civil Liberties Union).
Les Loving, avec le soutien de l'ACCLU, désormais, et aidés par deux de leurs avocats, Philip Hirschkop et Bernard Cohen, entameront toute une série de démarches jusqu'à ce que la Cour Suprême accepte de prendre leur affaire en appel.

Héros malgré eux

Richard et Mildred Loving deviendront alors, sans l'avoir voulu, le couple emblématique qui allait faire abolir dans tout le pays l'interdiction des mariages mixtes.
Et la loi qui a été adoptée s'appelle "Loving v. Virginia ". On ne pouvait pas imaginer plus beau nom pour une loi autorisant la mixité raciale.
Les Loving, pourtant, n'étaient pas des radicaux, ils ne cherchaient pas à changer l'histoire, ni à combattre la ségrégation.
Il n'était pas Martin Luther King, elle n'était pas Rosa Parks, et leur mariage n'était pas un acte de rébellion.
Lui était taciturne et plutôt fruste, elle était une femme douce et discrète. Ils s'aimaient et tout ce qu'ils voulaient, c'était vivre leur vie de couple et élever leurs enfants au grand jour, en Virginie auprès de leurs familles et amis.
Dans la petite ville où ils vivaient, Central Point (située dans Caroline County, Virginie), les Blancs et non-Blancs se côtoyaient, se fréquentaient et souvent travaillaient ensemble dans les fermes, sans problème majeur et sans hiérarchie.
Les lois Jim Crow, qui imposaient la ségrégation, y étaient plutôt ignorées. La population, pauvre, cherchait plutôt à survivre, et l'entraide était un des moyens les plus efficaces.  
C'est pourquoi les Loving, bien que sachant qu'ils n'avaient pas le droit de se marier selon la loi en Virginie, n'avaient pas songé qu'ils seraient poursuivis et considérés comme des criminels.  

Lors de l'audience à la Cour Suprême, les Loving ne s'étant pas déplacés jusqu'à Washington, c'est leur avocat qui avait transmis aux juges l'unique message de Richard Loving:
 "Dites à la cour que j'aime ma femme, et que c'est injuste que je ne puisse pas vivre avec elle en Virginie".
Un argument frappé du bon sens qui a, sans doute été suffisant à l'époque pour convaincre les juges, qui avaient déjà aboli d'autres lois discriminatoires, comme la ségrégation dans les écoles publiques en 1954 dans l'affaire Brown v. Board of Education.

1967 : fin des lois anti-mariages mixtes

Il leur, faudra, cependant, attendre l'année 1967 pour que la Cour Suprême casse enfin le jugement de l'état de Virginie en déclarant inconstitutionnelle l'interdiction des mariages interraciaux (rappelons que les lois mettant un terme définitif à la ségrégation légale et octroyant aux Noirs la pleine citoyenneté avaient été votées en 1964 et 1965).
En 1967, on l'a vu, il y avait encore 16 états qui interdisaient les mariages mixtes.
Et comme en matière de droits pour les non-Blancs les choses n'avancent jamais bien vite - quand elles ne reculent pas à la suite d'élections - c'est en 2000 que le dernier état, l'Alabama, supprimait enfin des textes officiels la loi contre les mariages mixtes (qui n'était pas applicable, cependant).

Mais les préjugés ont la vie dure et les mentalités ne changent pas pour autant avec les lois.
Ainsi, en 2009, un juge de paix de Louisiane avait refusé de marier une femme blanche à un noir, disant qu'il pensait que leur mariage ne durerait pas et que les enfants "souffriraient" (les mêmes arguments qu'avait avancés le procureur lors du procès des Loving en Virginie).
De même, un sondage réalisé auprès des électeurs du Mississippi en avril 2012 indiquait que la moitié des électeurs républicains avaient répondu qu'ils pensaient que les mariages mixtes devraient être interdits.
Et, selon un sondage publié en septembre 2012, si la grande majorité des Américains ne voit pas d'objection aux mariages entre Noirs et Blancs, 14 % sont contre.
Quand on voit la hargne des manifestants contre le Mariage pour Tous aujourd'hui, on peut imaginer ce qu'ont subi les couples mixtes aux USA - et ce qu'y subissent les couples homosexuels, aujourd'hui.


Epilogue 
Une famille modeste au destin tragique et trop grand pour eux



Richard, qui était maçon, soucieux du bien-être de sa famille (ils avaient trois enfants Donald, Peggy et Sidney.), avait lui-même construit la petite maison qu'ils habitaient, espérant que leur calvaire serait enfin terminé.  
Ce fut le cas brièvement, d'ailleurs - jusqu'à ce qu'en 1975, huit ans après la légalisation de leur mariage, un chauffard ivre percute leur voiture.
Richard, 41 ans, mourait dans l'accident et Mildred, grièvement blessée, y perdait l'œil droit.
Mildred Loving, elle, est décédée d'une pneumonie en 2008, à l'âge de 68 ans.
Quant aux enfants, on trouve peu de renseignements sur leur vie. Ils étaient eux aussi restés très discrets:
Donald Loving serait décédé en 2000;
Sidney Jeter Loving, né le 27 janvier 1957 est mort le 5 mai 2010, apparemment renversé par une voiture;
La seule survivante de la cellule familiale est Peggy Loving Fortune.

Aujourd'hui, il y aurait plus de 2,5 millions de couples mixtes mariés.
Ce qui est peu, certes, pour un pays dont la population dépasse les 300 millions d'individus, mais qui peut s'expliquer, en partie, par les cloisonnements ethniques, religieux et sociaux.

"Loving Day" 
La journée "Loving day", qui a lieu le 12 juin, célèbre la décision de la Cour Suprême de 1967 et le multiculturalisme, et rappelle l'histoire aux jeunes générations.
Ce jour-là, ou au cours de la même semaine, de nombreuses manifestations sont prévues, aux USA, mais aussi ailleurs. Un site explique les objectifs de cette célébration et permet de diffuser les informations sur les diverses manifestations.
L'idée a été lancée en juin 2004 par un artiste new-yorkais, Ken Tanabe, fils d'un père japonais et d'une mère belge. Alors qu'il préparait une thèse, il était tombé par hasard sur l'histoire des Loving en faisant une recherche sur Google.
Issu d'un milieu interracial, interculturel et international, il avait été choqué qu'on ne lui ait jamais parlé de cette histoire et que personne de son âge ne semble être au courant non plus. Et c'est ainsi que tout a commencé.

Cette journée n'est, toutefois, pas jour férié aux Etats-Unis comme le Martin Luther King Day, qui est fêté le troisième lundi du mois de janvier, autour du 15 janvier, date de l'anniversaire de MLK, ni comme le Rosa Parks Day célébré, selon les états, soit le 4 février, soit le 1 décembre.
Mais les organisateurs ne désespèrent pas de convaincre le président, lui-même issu d'un mariage mixte.
S'il n'est pas trop occupé avec son propre nettoyage ethnique. 


Documentation complémentaire
En anglais, voici un documentaire intéressant en trois courtes parties sur l'affaire Loving, avec images d'archives et interviews, en particulier des avocats.
1
2
3