mardi 17 décembre 2013

NSA: un juge américain fustige une surveillance "quasi-orwellienne"

Toujours plus de renseignements sur la NSA et de plus en plus de preuves de la remise en cause de la liberté individuelle et de la vie privée au nom de la lutte contre le terrorisme.
Un juge fédéral d'un tribunal civil de Washington a lundi infligé un revers au programme de surveillance de la NSA, estimant que la collecte de métadonnées du téléphone d'un particulier constituait une "atteinte à la vie privée" et mettant en doute sa constitutionnalité.
augmenter la taille du textediminuer la taille du texte
Dans une cinglante injonction préliminaire consultée par l'AFP, le juge Richard Leon qualifie la collecte à grande échelle des métadonnées téléphoniques (numéros appelées, durée des appels...) sans feu vert préalable de la justice d'"atteinte à la vie privée".
La technologie qui régit le programme de surveillance est "quasi-orwellienne", s'échauffe-t-il encore.
"Il est évident qu'un tel programme empiète" sur les valeurs défendues par le quatrième amendement de la Constitution américaine relatif à la protection de la vie privée, écrit le juge Leon.
Pour plus d'infos, cliquez sur le logo.