vendredi 13 décembre 2013

63 migrants morts en Méditerranée : les victimes font appel du non-lieu décidé par la justice française

Communiqué commu de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme , du Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme, de la Ligue des droits de l’Homme, de Migreurop et du  Gisti. 
Deux survivants, soutenus par nos organisations, ont fait appel hier du non-lieu du tribunal de grande instance de Paris dans l’affaire du « bateau abandonné à la mort ». Une plainte avait été déposée en France, le 14 juin 2013, qui mettait en cause l’armée française pour omission de porter secours à personne en péril. Le 6 décembre, la juge d’instruction vient d’ordonner un non-lieu ab initio, en refusant d’ouvrir une information judiciaire.
Pour lire la suite de ce communiqué, cliquez sur la photo.