mardi 26 novembre 2013

Libye : le Parlement doit agir pour que les victimes de viol obtiennent justice

Le viol est de plus en plus utilisé comme une arme de guerre et systématisé dans les conflits armés.
Les femmes qui ont été  violées subissent la double peine: en plus de cette agression, elles sont souvent rejetées par leur famille et leur entourage.

La LDH et la FIDH sont très attentifs et solidaires de tout ce qui peut les aider.
A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le Congrès national libyen devrait adopter une loi reconnaissant les victimes de viols au cours du conflit comme des victimes de crimes de guerre. En adoptant cette loi, la Libye reconnaîtrait la gravité de ces crimes et permettrait aux victimes de recevoir des réparations.

Un projet de loi avait été diffusé par le Ministre de la Justice libyen en juin 2013 et a déjà été approuvé par la Commission juridique du parlement. Le projet doit maintenant être examiné par le Congrès général national libyen mais n’a pas encore été fixé à l’ordre du jour. « L’adoption de cette loi serait une avancée considérable vers la reconnaissance des victimes de viols en tant que victimes de guerre, sur un pied d’égalité avec les victimes de torture et d’autres crimes de guerre. La reconnaissance, la justice et la réparation fournies par cette loi sont cruciales pour les victimes et pour la reconstruction de la Libye », a déclaré Karim Lahidji, Président de la FIDH. 
Pour plus d'infos, cliquez sur le logo.