jeudi 12 septembre 2013

La LDH soutient le film "La maison à la tourelle" de la réalisatrice Eva Neymann

La réalisatrice ukrainienne Eva Neymann s’est inspirée de la biographie de l’écrivain russe Frédéric Gorenstein, dont le père a été assassiné lors des purges staliniennes.

Le film retrace l’histoire d’un petit garçon de huit ans pendant la guerre. Orphelin de père, il voyage avec sa mère dans un train bondé pour retrouver son grand-père et sa maison. La jeune femme meurt du typhus et l’enfant, seul, réussit à reprendre un train pour rentrer chez lui, à Samara, dans le sud-est de l’Ukraine.
Il reçoit parfois un peu d’aide, d’un médecin qui veut le garder à l’hôpital pour le soigner, d’un homme qui le prend dans le train avec sa femme et son fils et le nourrit. Mais la misère effroyable de la guerre, le froid et la faim produisent surtout de l’égoïsme et de la cruauté. Le garçon ne s’en plaint jamais. Il ne pleure pas non plus. Il poursuit obstinément son but, trimballant dans ce chaos les misérables bagages et la robe de sa mère. Sur sa couchette, il rêve de ses caresses et d’une maison avec une tourelle, où habite avec son grand-père une petite-fille qui serait son amie.
Pour plus d'infos, cliquez sur l'affiche.