jeudi 12 septembre 2013

La fin de l’IVG en Italie? jusqu’à 85% de gynécologues objecteurs de conscience

Une info proposée par Claire, du Planning Familial.Un recul important des droits des femmes .
Pour des raisons morales ou religieuses, certains gynécologues italiens ne pratiquent pas d’IVG. Leur refus va à l’encontre de la loi de 1978 et met en danger la santé des femmes. Avortements clandestins, contrebande de médicaments et grossesses non voulues… L’Italie a pris la machine à remonter dans le temps. 

" Ici, on ne pratique plus l’IVG ".

La phrase s’affiche telle un coup de poignard dans le dos. Votée en 1978, la loi 194 autorisant l’interruption volontaire de grossesse est bafouée, un peu plus chaque année en Italie. En 2012, 172 procès pour violation de la loi ont été ouverts contre 41 en 2005, rapporte La Repubblica. Principaux incriminés? Les gynécologues objecteurs de conscience. Pour des raisons morales, éthiques ou religieuses, ils refusent de pratiquer des avortements.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.