dimanche 8 septembre 2013

Des corsetières à contre-courant des délocalisations

Un article dans l'excellent journal "l'âge de faire", fournisseur d' "outils pour réinventer le monde" qui présente le combat d'une coopérative créée en réaction à la fermeture des usines Lejaby.
Créée en réaction à la fermeture des usines Lejaby, la coopérative Les Atelières s’est lancée dans la fabrication de lingerie haut de gamme. Reportage à Villeurbanne, où les débutantes et les anciennes apprennent à travailler ensemble.


Le lancement des Atelières a été soutenu par le repreneur de Lejaby, Alain Prost, qui a accepté de sous-traiter à la coopérative des collections haute-couture et de lui céder des machines à moindre coût. L’entreprise est une Société coopérative d’intérêt collectif (Scic), un statut proche de la Scop, mais dans lequel les salariés-associés ne détiennent pas forcément la majorité du capital : les actionnaires sont organisés en collèges (fondateurs, salariés, investisseurs, institutions…) disposant chacun d’un nombre de voix déterminé. Elle compte 33 actionnaires, dont neuf fondateurs et une vingtaine de " citoyens ordinaires "
Pour lire la suite de cette enquête, cliquez sur la photo.