lundi 2 septembre 2013

Bientôt des drones pour traquer squatteurs et travailleurs clandestins ?

Encore une histoire de drone.

Big Brother s'installe de plus en plus dans notre vie quotidienne mais suivant la formule consacrée " si vous n'avez rien à cacher, vous n'avez rien à perdre". 
Tout de même, un peu de liberté individuelle. Nous estimons à la LDH que c'est un recul très important de nos droits.
Un étrange avion a survolé Slough, une ville de la banlieue de Londres, il y a quelques semaines. Équipé de caméras thermiques, l’aéronef avait pour objectif de détecter, grâce à la chaleur, des traces de vie humaine dans des cabanes ou garages de la ville. Et de dresser ainsi une carte 3D de toutes les constructions, pour recenser les habitations illégales potentielles. Le conseil de la ville de Slough (120 000 habitants) estime que jusqu’à 3 000 personnes pourraient vivre illégalement dans des remises ou des dépendances, converties en habitations de fortune pour clandestins ou travailleurs précaires. La municipalité a donc décidé de passer à l’action pour traquer ces locataires non déclarés.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.