dimanche 18 août 2013

Guy Bedos critique "l'acharnement pénitentiaire" contre le nationaliste corse Yvan Colonna

L'humoriste Guy Bedos, également membre de la Ligue des droits de l'homme (LDH) a critiqué "l'acharnement pénitentiaire" contre le nationaliste corse Yvan Colonna, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l'assassinat du préfet Claude Érignac, dans un entretien publié vendredi par le quotidien Corse-Matin.
Yvan Colonna avait été transféré en juillet de la prison d'Arles (Bouches-du-Rhône) vers celle de Réau (Seine-et-Marne) après des suspicions de projet d'évasion à l'explosif.

"Aujourd'hui, au lieu de le rapprocher de sa famille, comme la loi l'autorise, on éloigne Yvan Colonna, qui est considéré depuis dix ans comme un détenu exemplaire", explique Guy Bedos
"La perpétuité ne suffit pas, il faut qu'il en bave. C'est aussi une double peine pour sa famille, qui doit payer de plus en plus cher pour lui rendre visite. Après l'acharnement judiciaire, on assiste à un acharnement pénitentiaire", s'indigne Guy Bedos, de passage dans sa maison de Lumio en Balagne (Haute-Corse).

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.