vendredi 23 août 2013

Attaque chimique meurtrière à l’est de Damas : L’équipe de l’ONU doit pouvoir enquêter et l’aide humanitaire doit être autorisée !

Copenhague, 23 août 2013 – Le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) appelle le gouvernement syrien à permettre aux experts de l’ONU d’accéder aux faubourgs de Damas dans la région de Ghouta, à la suite de l’attaque chimique présumée de mercredi. Il exhorte également le gouvernement à ouvrir d’urgence des " couloirs " humanitaires, afin qu’une assistance médicale adéquate puisse être apportée aux civils.
 "Cette attaque s’est produite alors que la mission d’enquête de l’ONU sur l’emploi d’armes chimiques en Syrie, dirigée par M. Sellström, était à Damas. Nous appelons donc le gouvernement syrien à garantir l'accès de la mission à la région de Ghouta sans délai. La mission de l’ONU devrait être en mesure de collecter sans attendre toutes les preuves disponibles sur le terrain, dans le but de faire la lumière sur les circonstances exactes qui ont mené à cet événement dramatique, ou alors se retirer de Syrie ", a déclaré le président du REMDH, Michel Tubiana.
Le REMDH a recueilli des informations auprès de militants syriens sur le terrain, selon lesquels des roquettes contenant des agents toxiques ont frappé les faubourgs de l’est de Damas (le Ghouta) contrôlés par l'opposition, dans les premières heures de la matinée du mercredi 21 août. Ces roquettes ont été lancées en même temps que des attaques aériennes et des tirs de chars qui ont notamment empêché les habitants de trouver refuge sur les hauteurs et sur les toits pour échapper aux effets du gaz. Des centaines de civils ont été tués lors de l’attaque, dont bon nombre de femmes et d'enfants, en raison des effets du gaz ou du pilonnage de la zone. 
Pour lire la suite de ce communiqué, cliquez sur le logo.