lundi 22 juillet 2013

Rafle du Vél d'Hiv: La responsabilité de la "France asservie" Kader Arif, ministre délégué chargé des Anciens combattants.

Le 22 juillet 2012, à l’occasion du 70e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv, le président de la République, François Hollande avait déclaré que cette opération policière avait été " un crime commis en France par la France ".

Il rejoignait ainsi la position de la LDH qui déjà en 002 rappelait encore une fois que
"Il y a soixante ans, des gendarmes, des policiers, aux ordres du régime de Vichy, livraient aux nazis des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants destinés à la mort dans les camps d'extermination, pour la seule raison qu'ils étaient juifs.
La plupart de ces fournisseurs de chambre à gaz n'étaient pas des monstres sadiques, mais des fonctionnaires obéissant, sans se poser de questions, aux ordres de leurs supérieurs, Français comme eux.
Soixante ans après la rafle du Vel' d'Hiv', " le ventre est encore fécond d'où sortit la bête immonde ". L'antisémitisme, le racisme, les discriminations restent virulents dans nos sociétés. Ne pas accepter la moindre manifestation de ce mal, éduquer, informer, se dresser contre l'inhumain dès les premiers pas sur la route qui y mène : le barrage contre la bêtise et la haine est à reconstruire et à renforcer jour après jour.
La liberté, l'égalité, la fraternité sont, certes, de " grands mots ". Mais s'en écarter rouvre un espace pour le retour de l'innommable. Et qu'elles soient plus que des mots est la responsabilité quotidienne de chacun de nous.
Un an après le discours de François Hollande, le ministre délégué chargé des Anciens combattants, Kader Arif, a rappelé ce dimanche la responsabilité de la "France asservie" dans le crime commis à l'encontre des juifs lors de la grande rafle du Vél d'hiv il y a 71 ans.
Pour lire la suite de cet article,  cliquez sur la photo.