vendredi 8 mars 2013

Sauvons les hommes !

Il faut protéger les hommes ! C’est le cri d’alarme lancé ce 8 mars dès le matin par Marcel Rufo sur France Inter qui a inspiré Suzanne..

 Parlons un peu  en effet de la fameuse inégalité entre les hommes et les femmes. Les petites filles ont un développement physique et mental plus précoce que les garçons, elles deviennent pubères plus tôt et sont plus vite éveillées aux choses du sexe qu’eux, les femmes réussissent mieux dans leurs études que les hommes et envahissent au détriment de ces-derniers des pans entiers de l’activité économique et sociale (la médecine par exemple) ; elles détiennent jusqu’à ce jour le monopole exclusif de la maternité, sont outrageusement favorisées en cas de divorce en ce qui concerne la garde des enfants (on a bien vu ce malheureux père  faire la grève de la faim en haut d’une grue pour attirer l’attention de l’opinion publique) ; elles sont plus résistantes que les hommes et continuent impudemment à leur survivre, malgré les progrès de la cigarette dans la population féminine…
Assez ! Assez ! 
Un peu moins de performances, un peu plus de gentillesse, s’il vous plaît !
 Si les supermen sont rares en dehors des dessins animés, les superwomen sont légion : travailler à l’extérieur , tenir une maison, élever des enfants, être une partenaire sexuelle accomplie, voilà le tour de force que réalisent quotidiennement des millions de femmes.
Encore mieux : faire tout cela sans l’autorité tutélaire d’un mari, c’est possible, ça se fait ! Dorloter un petit ou un grand enfant, soigner ses bobos et ses bleus à l’âme, jongler à ses côtés avec l’anglais, les maths et l’histoire, préparer les repas et étendre la lessive lancée le matin, repasser chemises, robes et pantalons ; et avec tout ça, garder le sourire, veiller à sa ligne, à son maquillage, faire la chasse aux rides naissantes, choisir avec goût une lingerie sexy pour rester toujours désirable…
 N’oublions pas, ce serait injuste, nos sœurs des pays moins développés, qui dès l’aube entreprennent des kilomètres pour aller chercher l’eau nécessaire à la survie de tous, binent et sarclent une terre ingrate pendant que les hommes palabrent, pilent les céréales à s’en démonter les clavicules, sans cesser pour autant de porter leur dernier-né sur le dos, accouchent seules sans aide médicale… Mais quelle place laissent-elles aux hommes, ces ogresses, je vous le demande ?
 Et ne voilà-t-il pas que le bruit court qu’en France (revenons-y) les entreprises dirigées par des femmes sont plus performantes que celles dirigées par des hommes ? Elles ont plus le sens de l’humain, paraît-il…
 Il faut protéger les hommes, je vous dis ! Ne vous laissez pas faire, indignez-vous, réagissez !
 Je propose de donner un bonus aux enfants de sexe masculin dès le plus jeune âge, par exemple en les faisant naître plus tôt pour les soumettre dès la couveuse à un programme intensif d’anglais et d’informatique, leur accorder un tiers-temps supplémentaire aux examens, y compris l’examen du permis de conduire (ça fera plaisir aux compagnies d’assurances qui ne peuvent plus discriminer les hommes), leur apprendre dès l’enfance comment on devient papa, épreuve à laquelle ils ne sont pas du tout préparés et qui généralement les tétanise…Et puis arrêter de concentrer les efforts des ONG dans le monde sur l’éducation des filles, alors que dans les pays où elles opèrent les hommes en restent souvent au stade du Moyen-Age !
  Une entreprise, australienne je crois, de T-shirts a trouvé une parade intéressante (parmi d’autres à imaginer) :imprimer ses T-shirts de la formule : « Reste calme, poignarde-la ! ». Oui. Sauvons les hommes !
 PS. Je m’aperçois en relisant mon texte que mon correcteur orthographique, qui ne sourcille pas devant le mot « supermen », refuse de valider « superwomen ».
C’est pas un signe, ça ? La révolution masculine est en marche !