mardi 4 décembre 2012

Projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Pour que la société traite démocratiquement ses conflits collectifs

Un communiqué de presse des sections de Nantes, du pays nantais et de Saint Nazaire de la LDH précise la position de notre association sur le projet d'aéroport à Notre -Dame des Landes.
Le 30 novembre 2012

 A la suite de la manifestation du 17 novembre, alors que le ministre de l’Intérieur a expliqué qu’il était " hors de question de laisser un kyste s’organiser de façon durable ", le gouvernement a décidé, en fin de semaine dernière, de détruire une maison et des constructions dans la Zone d’aménagement différé. Cette action s’est, une nouvelle fois, accompagnée d’une utilisation démesurée des forces de police avec le déploiement de plusieurs centaines de gendarmes, l’usage du flash-ball - pour la LDH, cette arme ne doit pas être mise en œuvre dans le cadre de manifestations -, de grenades assourdissantes et des policiers infiltrés parmi des occupants de la Zone. L’intervention des forces de police a été ponctuée de face-à-face et d’affrontements à Notre-Dame-des-Landes et à Nantes, avec de nombreuses personnes blessées dont certaines gravement.
Des manifestants opposés au projet d’aéroport ont été jugés en comparution immédiate et condamnés à des peines très lourdes d’emprisonnement assorties pour l'un d'entre eux d’une interdiction de séjour en Loire-Atlantique.
La Ligue des droits de l'Homme réitère sa mise en garde contre les risques que font encourir, à toutes les personnes, cette escalade et l'enchaînement pression-réaction.
Pour la LDH, il ne peut être affirmé que cette infrastructure se fera puisque des recours juridiques sont en marche et alors même qu’il y a un accord entre les parties pour que les habitants ne soient pas expulsés tant que les recours ne sont pas épuisés.
S’il est vrai que les décisions concernant cet aéroport ont été prises par les élus, avec le processus des consultations prévu pour ce type de projet, pour autant, prétendre que le débat est clos paraît impossible aujourd'hui compte-tenu des prises de position exprimées publiquement et des manifestations qui se déroulent depuis des mois. L'exercice de la démocratie prend en effet des formes multiples et complémentaires.
Le gouvernement a annoncé la mise en place d’une "commission du dialogue" et le "report des premiers travaux de défrichement d’environ six mois". Pour la LDH, il serait contradictoire de mettre en place une commission du dialogue et de ne pas lever le dispositif policier.
Le dialogue entre opposants et porteurs du projet doit pouvoir être respectueux de l’autre, de la personne humaine et des droits.