dimanche 8 janvier 2012

THÉMA #3 EXILS au théâtre Liberté en janvier et février

Le Théma #3 du Théâtre Liberté se consacre au cours des mois de janvier et février 2012 au thème de l’exil.
 Donner la parole aux artistes et aux intellectuels sur l’exil, la mobilité croissante des populations, les espoirs et la souffrance, le déracinement, la vie au loin, le retour au pays.
Ce Théma #3 se construit en écho à la pièce Invisibles de Nasser Djemaï dans laquelle il met en scène la vie des travailleurs immigrés retraités et au spectacle de Michel Boujenah, enfant de l’exil.
 « Quand je t’ai demandé de m’écrire le nom de ton pays, tu m’as répondu que tu ne pouvais pas parce que le Maroc, c’est le “pays”, et que c’était comme ça : el Maghreb. On écrit comme on prononce le pays qui pourtant ne s’écrit pas, parce qu’il est plein d’images insolubles et que ce n’est plus tout à fait le sien. El Maghreb. Faire et défaire la France. Faire en sorte que le pays qui nous quitte ne soit jamais tout à fait mort et le tenir dans le champ d’un espace chaud, comme un regard. Et encore, se lever, s’intégrer, respirer dans ce nouveau désert, faire et défaire le présent aussi souvent que le passé le demande. Et souvent il appelle, et il se nourrit de notre liberté comme il mange nos souffrances. »
Malik Nejmi - Photographe
 Le programme de ce Théma est à la suite. 


 CONFÉRENCE - DÉBAT

Samedi 14 janvier 2012 à 18h
L’EXIL
Boris Cyrulnik
L’exil est un phénomène qui caractérisera le XXIe siècle. Les flux constants de personnes au travers du globe, qu’ils soient contraints ou choisis, ponctuels ou à l’origine de migrations définitives, produisent différents types de souffrance et conduisent à l’émergence de stratégies politiques plus ou moins efficaces. Le choix est clair. Faut-il construire des camps pour réfugiés vaguement perfusés par l’aide sociale ? Ou faut-il réfléchir au processus d’immigration ?
Boris Cyrulnik est éthologue, psychanalyste, psychologue, neuropsychiatre et écrivain français.
 Vendredi 20 janvier à 19h
LES EXILOCRATES : D’ISTANBUL A MARRAKECH DANS LA FRANCE D’AUJOURD’HUI
Ali Akay
Le monde méditerranéen est une région close pleine de problèmes politiques où les intellectuels se voient contraints à l’exil de leurs propres pays pour pouvoir s’exprimer ailleurs plus librement. Que font les intellectuels opposants ou engagés dans leurs pays natals ? Quelle société post-migratoire dans le nord de la Méditerranée issue de l’immigration économique et politique ?
Ali Akay est professeur à l’Université des Beaux-Arts Mimar Sinan à Istanbul, chef du département de sociologie, commissaire d’exposition et fondateur de la revue Toplumbilim.

 PROJECTION – DÉBAT

Samedi 4 février à 16h
Les pieds noirs, histoires d’une blessure de Gilles Perez et Karine Bonjour (2007)
Documentaire (2h40)
La projection sera suivie d’une rencontre avec les réalisateurs et quelques-uns des témoins du film.
A l’aide de témoignages et d’archives familiales Les Pieds Noirs, histoires d’une blessure retrace l’histoire des années romantiques (installation et vie en Algérie), aux années dramatiques (guerre et fuite), aux années mélancoliques (exil).
«Il ne s'agit pas d'un film historique, mais d'un film humain, d'un film de mémoire. Mémoire partagée, entrelacée, qui s'entrechoque, trébuche quelque fois.» Gilles Perez
Une production Treize au Sud et France Télévisions
 DOCUMENTAIRES & COURTS-MÉTRAGES
 Du 13 au 29 janvier
Les vendredis, samedis et dimanches de 16h à 19h
 Samedi 14, dimanche 15, vendredi 20, dimanche 22, vendredi 27, samedi 28 janvier à 16h
Une sélection de courts-métrages et de documentaires portant sur l’exil
Nasser DjemaÏ & les invisibles (52’) : documentaire sur le processus de création de la pièce
Les jours lointains (25’) : tranches de vie au café social Ayyem Zamen de Belleville
Les jours d’après (28’) : le café social dix ans après
Jean Farés de Lyes Salem (13’) : mariage mixte, intégration et comique de situation
Vers le Nord de Youssef Chebbi (16’) : l’attirance de l’exil
Paroles d’exilés d’Emna Mrabet (14’) : la vie en exil

Vendredi 13, samedi 21 et dimanche 29 janvier à 16h
Mémoires d’Immigrés, l’héritage maghrébin de Yamina Benguigui (1997)
Trois ans d’enquête, furent nécessaires à Yamina Benguigui pour réaliser Mémoires d’immigrés associant témoignages, images d’archives et images personnelles pour raconter les histoires des pères (volet 1), mères (volet 2) et enfants (volet 3) de l’immigration. Documentaire en trois volets (2h40).
« Ce film est le récit de mon voyage au cœur de l'immigration maghrébine, en France. L'histoire des pères, des mères, des enfants, l'histoire de mon père, de ma mère, mon histoire. » Yamina Benguigui
  
EXPOSITIONS
Hall du Théâtre Liberté
6 janvier au 29 février

El Maghreb
Malik Nejmi
Cette exposition qui a été présentée aux Rencontres Internationales de la Photographie à Arles en 2006 saisit le contrepoint à l’exil, l’absence sans retour. Le Théâtre Liberté présente ici un extrait des trois séries suivantes :
Je t’envoie mon fils pour qu’il t’embrasse (Images d’un retour au pays 2001)
Partir ce n’est pas un rêve (Ramadans 2004)
La paix sur mon père (Bâ Oua Salâm 2005)
Malik Nejmi est un artiste qui, de par sa culture franco-marocaine, se trouve en permanence dans l’entre-deux. Il creuse dans les contours d’un territoire pour photographier ce sentiment d’étrangeté qui construit notre conscience et révèle nos identités.
« Partout, dans les cafés, les épiceries, les hôtels, vous trouverez le regard d’un homme, assis, seul dans ses pensées. C’est le regard de la dépression, l’épais manteau de la nation islam recouvrant le pays entier, celui de la ghorbâ, de l’isolement, d’une jeunesse en rupture avec son imaginaire. L’image figée de “l’Arabe” qui rêve de partir ».

Et maintenant…
Alain Michon - installation sonore
Pascal Fayeton - photographies
Le Théâtre Liberté produit et présente une exposition fruit du travail de médiation réalisé par Alain Michon et Pascal Fayeton auprès de la population des vieux migrants sur le territoire toulonnais.

CINÉMA HORS LES MURS
Le Cinéma Le Royal en partenariat avec le Théâtre Liberté programmera sur le thème de l’exil :
Nulle part, terre promise d’Emmanuel Finkiel (2008) courant février 2012 (dates à définir).

 THÉÂTRE

Salle Albert Camus
7 janvier 2012 à 20h30
Michel Boujenah  "Enfin libre"
De et par Michel Boujenah
Le titre du dernier one-man-show de Michel Boujenah est un cri de délivrance. Et c’est du Michel Boujenah comme on l'aime : irrésistible dans le rire comme dans l’émotion.

Salle Albert Camus
14 janvier 2012 à 20h30
Invisibles
Texte et mise en scène : Nasser Djemaï
Oubliés de tous, écartelés entre les deux rives de la Méditerranée, ils tentent de se souvenir, pour rester en vie… Basée sur des témoignages réels dont celui de son père, Nasser Djemaï met en scène une œuvre hors normes et bouleversante sur la vie des travailleurs immigrés.