vendredi 6 janvier 2012

Sarkozy : La politique éducative après 2012

Pourquoi tant d'intérêt de la LDH pour les promesses électorales des candidats?
Parce que la déclaration universelle des droits de l'homme , dans son Article 26, précise que:
1. Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire. L'enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l'accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. 

2. L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. 

Nous vous proposons cet article, paru dans le Café Pédagogique, pour vous faire une idée de ce qui est envisagé pour après 2012 , par Nicolas Sarkozy, s'il est élu. On attend celui des autres candidats. 

Sarkozy : La même  politique éducative après 2012
Lors de ses "vœux au monde enseignant", à Poitiers le 5 janvier, le président de la République a affirmé sa volonté de continuer les réformes mises en route depuis 5 ans. 

 Sur les postes, N Sarkozy a vivement critiqué la promesse de F Hollande de recréer 60 000 postes durant son mandat. "La paupérisation est un problème pour la société française. Il faut réévaluer la condition enseignante", a déclaré le président. Avant d'ajouter : "Réfléchissez en tant que citoyen : la société française peut-elle accepter une hausse du nombre d'enseignants et la réévaluation ? "

Pour N Sarkozy c'est la baisse continue du nombre d'enseignants qui pourrait permettre une réévaluation. La clé c'est que les enseignants travaillent davantage. Il faut qu'il "acceptent de nouvelles manières de travailler,.. d'être plus présent dans les établissements". Le président a vanté l'autonomie des établissements et le rôle du chef d'établissement. 
 Fin du collège unique et sélection précoce. Pour N Sarkozy, "il faut mettre fin aux faiblesses du collège unique". Il propose d'orienter vers des formations professionnelles les jeunes dès la quatrième. Pour l'enseignement professionnel, il est revenu sur l'idée d'effectuer en alternance la dernière année de CAP ou de bac pro. "Une telle disposition serait une réponse extrêmement forte au problème structurel du chômage des jeunes". 


Le programme UMP est celui du candidat Sarkozy. C'est au final le programme présenté par l'UMP le 8 novembre qui sera celui du candidat Sarkozy. L'UMP veut le fin du collège unique avec des filières de pré- apprentissage dès la 4ème. L'UMP demandait aussi une gestion manageriale de l'éducation nationale. C'est celle qui se met en place avec la réforme de l'évaluation des enseignants ou le nouveau décret sur la réorganisation académique. 

 Quel impact avant juin ? L'Ecole devient donc un enjeu majeur du débat idéologique des présidentielles. Le projet présidentiel est clairement celui d'une politique libérale pour l'Ecole, avec sa cohérence , sa gestion, et la force qu'apportent des modèles étrangers (Etats-Unis essentiellement). Les vœux du président ont peu de chances d'être bien accueillis par les acteurs de l'Ecole. Dans l'immédiat le discours remet au devant de la scène la question de la réforme de l'évaluation des enseignants. La programme présidentiel donne à penser que le gouvernement ne cherche pas de compromis sur ce terrain. L'Ecole n'est pas sortie des tensions. 

Si vous voulez connaitre le programme UMP, cliquez sur l'école.