dimanche 8 janvier 2012

Justice pour Hakim Ajimi victime d'une interpellation musclée

Dans le cadre du collectif qui compose le Comité Justice pour Hakim, la section Cannes-Grasse de la LDH a participé, samedi à Grasse,  comme 200 personnes au rassemblement en mémoire du jeune Abdelhakim ( Hakim)  Ajimi, mort au cours d'une interpellation mouvementée en 2008
Hakim a succombé des suites d'une interpellation brutale de policiers de la B.A.C. avec le soutien de policiers municipaux, devant une vingtaine de témoins civils, une dizaine de policiers et plusieurs pompiers. Il n'était ni dangereux, ni armé et ne menaçait personne. Il s'agissait d'une banale altercation entre Hakim et un employé de sa banque. Mais la violence de l'interpellation policière, avec le recours à une "clé d'étranglement" pendant 15 à 20 minutes, a entrainé sa fin brutale selon les conclusions de l'autopsie.

Les deux policiers de la Brigade AntiCriminalité (BAC), responsables de l'interpellation de Hakim Ajimi le 9 mai 2008, au cours de laquelle il est décédé, comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Grasse pour homicide involontaire du 16 au 20 janvier 2012.

 Les rapports d'expertise médicale concluent que la mort du jeune homme est due à une asphyxie mécanique consécutive à une compression thoracique et une clef de bras pratiquées par les policiers avec trop de force et durant trop longtemps.
 En mai 2010, les juges d'instruction de Grasse en charge du dossier, avaient rendu une ordonnance de non-lieu partiel pour les deux fonctionnaires de la BAC. Suite à l'appel de cette décision par le parquet, ces deux policiers ont été renvoyés le 9 septembre dernier devant le tribunal correctionnel de Grasse pour homicide involontaire. Ce procès aura lieu du 16 au 20 janvier 2012

Pour voir une vidéo,cliquez sur la photo du rassemblement